Ils ont toujours été populaires! Dodus, colorés, parfois piquants, on entend souvent qu’ils ne demandent que très peu de soins et qu’on peut presque les oublier. Ils rassurent ceux qui prétendent ne pas avoir le pouce vert. On les appelle ‘cactus’, ‘plantes grasses’ ou ‘plantes succulentes’. Mais qu’est-ce qui les différencie? Qui est quoi? Comment s’y reconnaître?

Tout d’abord, il y a 2 points de vue. Celui de la botanique et celui de l’horticulture! Pour éviter de s’y perdre, nous allons aborder ces différences par des définitions générales et très simplifiées.

Du point de vue de la botanique, le mot ‘succulente’ veut dire toute plante qui, en milieux où les apports d’eau sont rares, arrivent tout de même à se développer et à survivre en stockant l’eau dans leurs tissus (feuilles, tiges, racines). Ces plantes ont la capacité d’économiser l’eau. Plus d’une soixantaine de familles de plantes répondent à cette définition, y compris la famille des Cactus (Cactaceae).

Mais… Parce qu’il y a un ‘mais’! Saviez-vous qu’un bégonia est une plante succulente? Que le dracéna et le poinsettia sont aussi des plantes succulentes? (Ouf!)

  • Passons maintenant au point de vue de l’horticulture. La définition de plantes ‘succulentes’ reste la même sauf que, la division des groupes est différente. Les cactus en ont été exclus pour former un groupe à part, les Cactaceae. Et les autres, comme la famille des aloès, celle des euphorbes, celle des crassulas…sont appelés ‘plantes grasses’.
  • Alors, pour les reconnaître, peut-on dire que les uns piquent et les autres pas?

En principe, oui… sauf qu’il y a quelques rares exceptions. Pensez au cactus de Noël (Schlumbergera) et à celui de Pâques (Rhipsalidopsis)… ils ne piquent absolument pas. Et, chez les plantes grasses, il y a quelques euphorbes portant de longues épines.

Les Cactus (Cactaceae).

  • Même si on les retrouve sur à peu près tous les continents, tous les cactus, sauf un, (Rhipsalis baccifera), sont originaires des Amériques.
  • Il est faux de croire qu’ils ne poussent que dans les zones désertiques. Les cactus ont un énorme pouvoir d’adaptation et ils poussent autant sur les bandes côtières, que dans l’ombre des forêts tropicales ou encore, sur le flanc des montagnes et, bien sûr, dans les zones arides des déserts.
  • Les cactus traversent notre continent d’un bout à l’autre et, au Canada, les cactus sont localisés au sud-ouest du pays, soit en Alberta et en Colombie-Britannique. Pensez à l’opuntia vivace de nos plates-bandes (Opuntia humifusa)! Malheureusement, depuis quelques années déjà, a dû être inscrit au registre des espèces menacées dans notre pays.
  • Le record de hauteur appartient au Carnegiea gigantea, originaire de l’Arizona. Les autochtones l’appellent ‘Saguaro’. L’un d’entre eux a atteint la hauteur respectable de 21 mètres (70 pieds). Ce cactus peut attendre jusqu’à 55 ans avant de fleurir.
  • Le plus petit cactus au monde a la grosseur d’une pièce de 10 sous, Blossfeldia liliputiana.  Il est originaire de l’Argentine et du sud de la Bolivie. Il vit dans les fissures des rochers.

Types de croissance (silhouettes)

Dans le but de pouvoir s’y retrouver, les botanistes ont regroupé les cactus selon leur type de croissance. La façon de se développer leur donne une silhouette bien particulière.

Voyons les plus courantes :

  • type arborescent : pensez au ‘Saguaro’, ce cactus portant des bras. Il est d’ailleurs celui que l’on retrouve le plus souvent dans nos bandes dessinées.
  • type colonnaire : pensez au cactus ‘cierge’ (Cereus). Attention, ce cactus n’a pas de bras.
  • type boule : pensez à Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère)
  • type à tige aplaties : pensez au cactus de Noël (Schlumbergera), au cactus orchidée (Epiphyllum).
  • type à tige raquette (cladode) : pensez à l’Opuntia. Il a également le surnom ‘d’oreilles de Mickey’.
  • Nous savons aujourd’hui que les plantes ont la capacité d’assainir l’air de nos maisons. Saviez-vous que tous les cactus et, en particuliers les Cereus (cactus cierge), ont la capacité d’annuler les ondes émises par nos appareils électroniques?

Continuons de découvrir ce qui les rend si particuliers.

Réservoir d’eau

  • Tous les cactus on la capacité d’emmagasiner une très grande réserve d’eau. Cette réserve peut représenter jusqu’à 80% de leur poids.
  • Ils ont la capacité de conserver cette réserve d’eau, c’est-à-dire de rester gonflé, même si, dans certains milieux, leur température interne peut grimper jusqu’à 52° C (126° F).

Transpiration minimale

  • Pour limiter leur transpiration, les cactus ont développé certaines particularités :
  • Leurs ‘aiguillons’ sont des feuilles modifiées. Ils sont fixés sur un coussinet ouaté (aréole) qui lui, est un bourgeon modifié (glochide). Ce bourgeon, en plus des aiguillons, pourra émettre soit une nouvelle tige (bras) ou une fleur.
  • Leur épiderme (peau) est cireux, très épais et imperméable.
  • Certains cactus sont couverts de poils, ressemblant à de la laine. Cela leur sert de protection contre les brûlures du soleil. Pensez au cactus ‘barbe de grand-père’ (Cephalocereus senilis)
  • Les cactus se reposent le jour et travaillent la nuit (photosynthèse). L’air plus frais de la nuit leur permet de réduire leur transpiration (perte d’eau).
  • Plus de 2,500 espèces de Cactaceae sont actuellement identifiées… Le travail a été colossal et il se poursuit.

Les Plantes Grasses

  • Tout comme pour les cactus, les plantes grasses sont aussi des ‘succulentes’. Elles sont particulièrement bien adaptées à la sécheresse. Elles possèdent, elles aussi, la capacité de stocker et d’économiser l’eau. Elles utilisent leurs feuilles, leurs tiges ou leurs racines.
  • Elles sont joufflues, dodues, ‘grasses’. Leurs feuilles sont généralement de petite taille, ou recouvertes d'un épiderme épais, parfois cireux, quelquefois poilu.
  • Si nous parlons feuilles charnues, pensez au Crassula ovata (plante Jade), à l’Echeveria (les feuilles sont disposées en forme de fleur), aux Lithops (plantes cailloux) à la Sansevieria (langues de belle-mère).
  • Si nous parlons tiges charnues, pensez aux Euphorbes, ces belles plantes à croissance rapide et portant souvent de nombreux bras.
  • Ou encore, à un autre type de tiges charnues appelées ‘caudiciformes’ (qui ne se ramifient pas), et qui nous donne le Beaucarnea (pied d’éléphant) ou encore l’Adenium (rose du désert).
  • Toutes les plantes grasses ont cette capacité de survivre et de se reproduire dans des contextes extrêmes, là ou d’autres plantes n’arriveraient pas à survivre.
  • Les familles de plantes grasses sont nombreuses et comprennent chacune plusieurs espèces. Pour en restreindre la liste, une courte énumération sera suffisante. Famille des Aloès, des Agaves, des Crassulas (regroupant plus de 300 espèces différentes) celle des Euphorbes….

Culture et Entretien

  • Plusieurs croient, à tort, que parce que toutes ces plantes vivent dans des milieux difficiles, le simple fait de les cultiver dans la maison leur facilitera la vie. Rien n’est plus faux! Comme elles proviennent de milieux et de pays très différents, elles ont également des besoins très différents. Il nous est donc presqu’impossible de leur fournir le contexte idéal.
  • Globalement, toutes réclament une lumière vive, de la chaleur et un sol sec. Mais, il y a plus! Dans leur coin de pays, là où elles vivent à même le sol, elles obéissent aussi à des cycles : dormance, croissance active, floraison puis à nouveau dormance.
  • Malheureusement, ces cycles ne sont pas synchronisés d’un pays à l’autre. Certains d’entre vous, qui possédez des échévérias (plantes aux feuilles disposées en forme de fleur), ont eu la surprise de voir cette plante fleurir en plein hiver alors que sur la même tablette, un cactus dort profondément! Le premier est dans son cycle de croissance active alors que son voisin est dans son cycle de repos.
  • Qu’est-ce que cela signifie? Le premier réclame plusieurs heures d’ensoleillement, sans négliger son arrosage, alors que l’autre préfère qu’on l’oublie et réclame une lumière moins vive et surtout un arrosage minimal. Conséquence? Arrosage inadéquat et voilà que vous perdez votre plante!

Astuce :

  • La meilleure façon de contourner cette difficulté est de les OBSERVER! Regroupez au même endroit les dormeurs et dans un autre emplacement celles qui sont en pleine activité.

Luminosité.

  • Toutes ces plantes ont besoin de lumière vive, mais certaines préfèrent une lumière moins intense. C’est le cas, entres autres, des cactus de Noël (Schlumbergera), des agaves, des haworthia, des aloès…. L’est et l’ouest leur conviennent parfaitement.
  • D’autres sont heureuses dans une fenêtre orientée sud. Mais attention, une vitre produit un effet loupe et peut occasionner une déshydratation et des brûlures (plaques blanches) qui laisseront des cicatrices permanentes sur leur épiderme. Les petits cactus y sont très fragiles.
  • Toutes plantes en période de repos ne devraient pas séjourner plein sud.

Astuce pour le choix d’une fenêtre :

Plus le nombre d’aiguillons est élevé plus votre plante est susceptible de tolérer le plein sud.

L’Arrosage

Il faut savoir que la plupart du temps, les pertes sont dues à un excès d'eau. Comme nous venons de le voir, ces plantes obéissent à des cycles et ceux-ci sont très variables. Observez-les et vous saurez ajuster la fréquence et la quantité d’eau nécessaire.

Cactus

En général, les cactus sont actifs du printemps jusqu’à l’automne. Au printemps, chez certains d’entre eux, une touffe de nouveaux aiguillons apparaîtront au sommet de leur tête (apex). C’est le moment d’augmenter la fréquence et la quantité d’eau. Le sol doit être bien humidifié tout en évitant de le détremper. Ne laissez jamais d’eau dans les soucoupes.

La terre doit toujours bien sécher entre deux arrosages.

Plantes grasses

  • Elles sont plus bavardes! Fleurs et ‘bébés’ (rejets) sont un signe de pleine activité. En période de repos, il faut diminuer la quantité d’eau qu’on leur donne, sans toutefois l’interrompre.
  • N’oubliez pas! Certaines d’entre elles ont des cycles inversés et s’activent en plein hiver.
  • La terre doit toujours bien sécher entre deux arrosages.

Croissance

La croissance d’un cactus et celle d’une plante grasse sont bien différentes.

Cactus

  • Dans leur milieu naturel, les cactus possèdent un système racinaire très puissant. Certains systèmes se développent en formant un vaste réseau de racines qui s’étend tout en largeur autour de la plante. Les racines se maintiennent directement sous la surface du sol afin collecter les petites gouttelettes laissées par la rosée et le brouillard.
  • Ces racines portent le joli nom de ‘racines de rosée’.
  • Le cactus Saguaro, alors qu’il n’a encore qu’une une hauteur de 12 cm (4,7 po), possède un système racinaire atteignant un diamètre de 2 m (7 pi). Ses racines ne s’enfoncent qu’à 10 cm (4 po) sous la surface du sol.
  • Il en va tout autrement lorsque que les cactus se retrouvent ‘en pot’. Incapables de bien se développer leur système racinaire y perd en densité et en longueur. Ce phénomène explique, en grande partie, leur manque de stabilité et d’équilibre.

Plantes grasses

Les plantes grasses connaissent les mêmes contraintes et très souvent elles possèdent un système racinaire équivalent à celui des cactus.

Cultivées en pots, plusieurs d’entre elles connaissent les mêmes difficultés : manque de stabilité et d’équilibre. Pensez à l’aloès!

Attention : Il est fréquent que les cactus et les plantes grasses soient confondus entre elles. Prenons le cas des euphorbes.

Les Euphorbiaceae

La famille des Euphorbiacées compte tout près de 6,000 espèces différentes. Cette grande famille a pour pays d’origine : l’Afrique, l’île de Madagascar et l’Inde.

  • Plusieurs d’entre elles sont confondues avec les Cactaceae.
  • Pensez à l’Euphorbia trigona.

Cette belle plante ressemble à s’y méprendre au Saguaro, ce célèbre cactus à plusieurs bras (bandes dessinées).

Cette euphorbe a une silhouette très ressemblante et ses tiges s’ornent de multiples ‘bras’. Elle n’appartient pourtant pas à la famille des cactus.

Voici les principales différences :

  • l’euphorbe ne possède aucun coussinet ouaté (aréole)
  • les épines sont fixées directement sur l’épiderme
  • Selon la variété, les épines viennent par paires et quelque fois il n’y en a qu’une seule.
  • elle sécrète un liquide blanchâtre que l’on nomme ‘latex’
  • sa croissance est rapide.
  • En général, la floraison des euphorbes n’attire pas l’attention. Il y a pourtant une exception : Euphorbia millii : cette jolie plante, surnommée ‘couronne d’épines’, parvient à fleurir presque toute l’année.

Commentaire : Saviez-vous que le poinsettia, le croton et le ricin appartiennent à la famille des Euphorbiaceae? (Ouf!)

Rempotage

  • Le rempotage se fait dès que vos plantes reprennent leurs activités.
  • La taille du pot ne doit pas être trop disproportionnée par rapport à la plante. Pour rempoter un cactus boule, un pot d'un diamètre 2 ou 3 cm plus large que la plante est suffisant.
  • Utilisez un terreau approprié. Le terreau pour cactus et plantes grasses de Fafard contient de la matière organique et un bon pourcentage de sable (drainage).
  • Selon leur grosseur, vos plantes pourront attendre de quelques jours à plus d’une semaine avant d’être arrosées de nouveau.
  • Travaillez avec des pots et des outils désinfectés.

Astuce :

  • Pour éviter de vous blesser avec leurs aiguillons, portez des gants épais.
  • À l’aide de papier journal, faites un bandeau étroit que vous fixerez autour du cactus.
  • Placez un morceau de styromousse de chaque côté de votre cactus. S’il est lourd et que vous devez le déplacer, vous pourrez le faire en toute sécurité.

Engrais

  • Pour ce qui est de l’engrais, privilégiez des engrais naturels comme les algues marines ou les engrais à légumes. Le quart de la dose est nettement suffisant. (Aucun engrais en période de repos.)

Maladies et Insectes.

De bonnes pratiques culturales vos épargneront bien des ennuis. Des arrosages adéquats, une bonne ventilation, une fertilisation équilibrée et l’éloignement de toute sortie d’air chaud vous épargneront les pourritures et la présence d’insectes.
Les plus fréquents sont : la cochenille farineuse, la cochenille à carapace, le tétranyque et le puceron.
Des produits comme les savons insecticides Safer’s ou encore, le traitement Bug-Tek sauront vous aider à éliminer ces ravageurs. Il faudra toutefois répéter à tous les 4 à 5 jours.

Multiplication

  • Qu'il s'agisse de plantes grasses ou de cactus, la préparation de la bouture et le type de terreau utilisé sont les mêmes.
  • Le terreau pour cactus et plantes grasses de Fafard assurera un bon drainage.
  • Faites vos boutures au moment où vos plantes reprennent leur croissance.
  • La bouture peut être faite à partir d’une feuille, d’une tige découpée en tronçons ou d’un rejet (bébé).
  • Travaillez avec des outils désinfectés.
  • Il est très important que la blessure faite lors d’une coupe puisse bien sécher. Une feuille peut attendre environ 3 jours. Pour un tronçon, attendez de 2 semaines à un mois, selon la grosseur.
  • Placez votre bouture sur une feuille de papier journal, loin de la chaleur et du soleil direct.
  • Au moment de mettre votre bouture en terre, assurez-vous que votre mélange est frais au toucher et non détrempé.
  • Une feuille ne doit pas trop être enfoncée dans le terreau. Le tronçon demande une profondeur d’environ 2 cm. Au besoin, utilisez un petit tuteur pour maintenir l’équilibre de votre segment.
  • Évitez d’arroser pendant la période d’enracinement. Cette période peut varier de quelques semaines à plus d’un mois, selon la grosseur de la bouture.
  • Épargnez-lui les ardeurs du plein soleil.
  • Vous saurez que l’enracinement est complété lorsque votre plante reprendra ses activités.

Conclusion

Ces plantes sont fascinantes et leur popularité mondiale a fait exploser la demande et a encouragé la cueillette sauvage. Plusieurs de ces plantes sont menacées de disparaître. D’autres n’existent plus dans leur milieu naturel. C’est le cas de l’Echinocactus grusonii (coussin de belle-mère). Au Mexique, toute récolte sauvage est passible d’emprisonnement!

Ces plantes contribuent à la qualité et à l’esthétique de notre environnement. Mieux les connaître est le meilleur des outils que nous ayons pour leur permettre de durer, non seulement dans nos maisons, mais aussi dans le temps.

circulaire en vigueur

calculateur de vrac

galerie photos

NOUS EMBAUCHONS PRÉSENTEMENT !

Faites partie de l’équipe de la Pépinière Locas en obtenant un emploi stimulant dans le domaine de l’horticulture !

Pour plus d'informations...